28 juillet 2010

Mosquées mondaines, les précieuses ridicules

Mosquées mondaines, les précieuses ridicules

Par Daniel Youssof Leclercq , le 27 Juillet 2010

Tout le monde ou presque a entendu parler de l’inauguration en grande pompe de la mosquée d’Argenteuil par la commedia dell’arte. Le hic c’est que, pour pendre la crémaillère, les nouveaux propriétaires fonciers ont eu le mauvais goût d’inviter en priorité la haute société agnostique et d’éviter bon nombre des fidèles qui ont pourtant participé au financement de l’édifice.

En effet, pour pouvoir accéder à la sacro sainte bâtisse et aux festivités, des cartons officiels d’invitation étaient requis sous peine de refoulement par les CRS mobilisés pour la circonstance, et les organisateurs, eux, méritent pour ça un carton… rouge. Et tout ça pourquoi ? Parce qu’après le fiasco électoral inhérent aux débats foireux sur «l’identité nationale» et la «burqa», le Premier Ministre de la France s’est cru bon d’aller taper l’incruste chez les «bons sauvages» pour donner quelques leçons de fiqh à un auditoire sélectionné et acquis à sa cause.

Évidemment, au cours de la cérémonie, il n’a pas pu s’empêcher de déblatérer, encore et encore, contre les partisans du voile intégral tout en assurant que, malgré les apparences, ce n’est pas la politique menée par son gouvernement qui encourage les manifestations islamophobes à répétition dans le pays. Si tu crois pas celle là je t’en raconte une autre.

Profitons de l’occasion pour cartonner ces associations, organisations islamiques et mosquées qui concluent des petits arrangements, officiels ou tacites, avec les élus locaux, les services préfectoraux ou le Ministère des cultes. D’aucuns rapportent que les indulgences des Autorités sont évidemment subordonnées à diverses concessions allant de l’écrémage au syncrétisme religieux. On a pu constater récemment, et c’est loin d’être exceptionnel, qu’en échange de leur existence, de leur tranquillité ou de leur renommée, les récipiendaires n’hésitent pas une seule seconde à causer des dommages collatéraux en livrant leurs prochain(e)s à leurs tortionnaires

De toutes façons, en France, rien ne saurait plus surprendre les Musulmans. En désespoir de cause, depuis près de cinquante ans, ils ont fini par s’habituer aux diverses luttes d’influence qui sévissent au sein de leurs lieux de culte et des organisations qui les gèrent, quels que soient leur taille ou leur dynamisme. Les prises de contrôle et autres «coups d’état» n’ont rien d’exceptionnel au sein des structures religieuses pour assurer une obédience marocaine, algérienne, tunisienne, turque, saoudienne, africaine ou une tendance salafite, tabligh, frères musulmans, chiite, soufie et j’en passe

Et terminons avec ces scandales qui éclaboussent les nouvelles mosquées cathédrales achetées à crédit ou dont les chantiers sont entachés de magouilles et d’escroqueries. Il n’y a rien d’étonnant à ce que certains boudent de tels lieux en regrettant l’Islam des caves et des entrepôts désaffectés qui furent tant décriés mais où simplicité rimait pourtant avec sincérité. C’était mieux avant.

04:14 Écrit par Rachid Z dans Ingérences | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.