21 juin 2010

Des frères musulmans dénigrent les Imams algériens

Des frères musulmans dénigrent les Imams algériens

Dalil-boubekeur

Par Djalal Bouati,

Le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubekeur, a critiqué sévèrement la campagne acharnée visant les imams algériens répartis à travers au moins 500 mosquées et salle de prière existant sur le territoire français, qualifiant les déclencheurs de cette campagne «d’envieux et de cannibales»

Contacté par nos soins, Dalil Boubekeur a riposté à la campagne dont font l’objet les imams affectés par l’Algérie en France pour enseigner le Coran et de la langue arabe à la communauté algérienne et musulmane établie en France, en déclarant que cette opération a eu lieu conformément à un accord conclu entre Alger et Paris. Ce qui signifie que tous les dossiers des membres de la délégation algérienne ont été examinés par les organes concernés relevant aux deux pays, avant l’établissement de la décision de leur affectation en France.

Dans le même sillage, Dalil Boubekeur s’est dit étonné des arguments étalés par les détracteurs des imams algériens, soulignant que «cette campagne est plus féroce que celles qui l’ont précédé, car elle a été lancée par nos compatriotes», précisant que l’un d’entre eux est algérien et il est installé en France depuis quelques années.

Selon M. Boubekeur, les imams algériens sont accusés par leurs détracteurs d’incompétence et de manque des connaissances scientifiques, culturelles et religieuses qui leur permettent de convaincre les musulmans de France, ils appellent pour la protection de l’image de l’Islam, des musulmans et des arabes et de recourir aux services des imams installés en France, sous prétexte que ces derniers sont issus de la société française.

Répondant à une question portant sur le rôle des mourchidate, Dalil Boubekeur a annoncé qu’elles accomplissent une mission noble ; elles organisent des visites aux familles algériennes, dont celles qui ne sont jamais retournées en Algérie.

Pour sa part, le docteur Bencheikh El Hocine, a annoncé que «certaines parties tirent profit de ces campagnes tendancieuses, à l’exemple de l’extrême droite».

Par ailleurs, les imams algériens, notamment ceux de la grande mosquée de Paris et de Lyon rencontrent plusieurs barrières dans l’accomplissement de leurs missions, imposées par le ministère français de l’intérieur, qui ne juge pas utile de réagir aux pratiques du Conseil français de culte musulman (CFCM), accusé de recruter des imams de différentes origines afin de servir les intérêts marocains.

El Khabar, le 21 juin 2010.

01:59 Écrit par Rachid Z dans Ingérences | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.