29 août 2008

Le lycée musulman de la discorde

 

Le lycée musulman de la discorde

Par Eric Chimot,

RMC.fr, le 27 août 2008

L’ouverture prochaine d’un lycée musulman à Marseille, le 4ème en France, attise la polémique, y compris au sein de la communauté musulmane.

Un lycée qui n'ouvrira qu'à la rentrée 2009 fait déjà grande polémique à Marseille.

Il s'agit du lycée musulman qui sera le quatrième établissement de ce genre. Une partie de la communauté musulmane réclame cette institution, mais l'autre, en particulier les instances religieuses, refuse et dénonce une division communautaire.

Ainsi, le grand mufti de Marseille Soheib Bencheikh

s'oppose au projet : «Je ne vois aucune efficacité dans ce collège purement islamique. L'école publique nous offre toutes les chances pour une citoyenneté valable, à tous les Français, et libre aux parents d'envoyer leurs enfants dans des écoles coraniques pour l'apprentissage de l'arabe et des bases de l'islam». (Il se fout de la gueule du monde ce grand bouffon de Marseille, cet imam de salon : il est évident pour toute personne, musulmane ou non, douée d’un minimum de clairvoyance citoyenne que les écoles publiques de l’hexagone de Sarko affichent légalement depuis 2004 un caractère purement islamophobe, voire raciste !!!) (Rachid Z)

Si ce lycée est à l'origine de tensions au sein de la communauté musulmane, Abderramane Ghoule, le responsable du projet, tient à dédramatiser :

«Les gens font un amalgame lorsqu'on parle d'un lycée islamique, ils pensent que c'est un lycée qui donne des cours d'arabe et d'islam. C'est un lycée agréé, avec une heure ou deux maximum qui seront consacrées à la culture islamique. Ca n'a rien à voir avec ce dont on entend parler, des écoles coraniques ou islamiques. Ce lycée est agréé et il enseigne le programme agréé par l'Académie, comme tous les lycées de France».

(Un lycée où foulard, barbe, turban, babouches, gandoura, djellaba sont admis !!! Un lycée où la liberté d‘être n‘est pas sanctionnée, où les élèves musulmans et autres sont respectés, tout simplement, tout naturellement !!!) (Rachid Z)

03:17 Écrit par Rachid Z dans Europe | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

28 août 2008

Les chiffres du chômage "tronqués"

Les chiffres du chômage "tronqués"

large_479415

7sur7, le 28 août 2008

Alors que les derniers chiffres de l'Onem font état de 389.747 chômeurs demandeurs d'emploi indemnisés en juillet 2008, soit une baisse d'environ 10.000 unités par rapport à juin, la Plate-forme contre le plan de chasse aux chômeurs nuance dans les journaux Sud Presse.

Selon elle,
ces chiffres sont "influencés". "Depuis 2004, les mesures prises ont permis d'améliorer nettement les statistiques", explique Yves Martens, porte-parole de la Plate-forme. En quelques années, la définition du mot "chômeur" a ainsi fortement évolué et les nouvelles terminologies excluent de nombreuses personnes de la catégorie. Les sanctions et exclusions de chômeurs aboutissent également à une diminution de leur nombre.

16:55 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Nous sommes 10.666.866 personnes à

 

 

   

Nous sommes 10.666.866 personnes à

vivre en Belgique

large_481084

7sur7, le 28 août 2008

La Belgique comptait

Au 1er janvier, il y avait 5.442.557 femmes (51,0%) et 5.224.309 hommes (49,0%). Bien qu'il naisse un peu plus de garçons que de filles (105 garçons pour 100 filles, en général), il est aujourd'hui habituel dans les populations de dénombrer un peu plus de femmes que d'hommes, et cela du fait de la surmortalité masculine à tous les âges, explique le SPF Economie

57,8

% vivent en Flandre

La Flandre hébergeait 6.161.600 personnes (+ 44.160, 57,8% du total), la Wallonie 3.456.775 personnes (+20.296, 32,4%) et la Région de Bruxelles-Capitale 1.048.491 personnes (+17.276, 9,8%).

Immigration

L'augmentation de la population résidente constatée s'explique pour trois-quarts par le solde migratoire (la différence positive entre immigration et émigration) et pour un quart par le solde naturel (c'est-à-dire l'excédent des naissances sur les décès). En 2007, 146.409 immigrants ont été inscrits (ou ré-inscrits) dans le Registre de population, tandis que 91.052 émigrants en étaient rayés.

Naissances

 

Dans le même temps, 120.663 naissances et 100.658 décès ont été enregistrés. Pour retrouver exactement l'accroissement de la population, il faut encore tenir compte de l'ajustement statistique (6.970 personnes) qui résulte du fait qu'un certain nombre d'événements démographiques sont inscrits avec retard au Registre de la population.

+
1,68% à Bruxelles

L'accroissement est le plus important à Bruxelles (plus 1,68%), suivi de la Flandre (plus 0,72%) et de la Wallonie (plus 0,61%), d'abord en raison d'une orientation préférentielle des courants de la migration internationale vers Bruxelles et la Flandre. Secondairement, elle reflète aussi les différences de fécondité (Bruxelles se caractérisant par une fécondité nettement plus forte que les deux autres régions). Finalement, elle découle aussi des différences de mortalité et de structures par âge héritées du passé.

Grandes villes

Le chiffre de population va croissant également dans chacune des 5 grandes villes. Tant à Anvers (plus 1,26%) qu'à Gand (plus 0,90%), Charleroi (plus 0,02%), Liège (plus 0,63%) et Bruxelles (plus 1,68% dans les 19 communes), le nombre de résidents a augmenté.

Communes

À l'échelon des communes, les évolutions sont plus diversifiées. L'augmentation a été la plus marquée à Léglise (plus 3,90%). De même à Rendeux (plus 3,69%), Tinlot (plus 3,31%), Brugelette (plus 3,30%), Écaussinnes (plus 3,30%), Ohey (plus 3,22%), Rouvroy (plus 2,99%), Attert (plus 2,96%), Héron (plus 2,78%), Crisnée (plus 2,76%), le nombre d'habitants a connu une croissance vigoureuse en l'espace d'un an. Il y a 6 communes où la population recule de plus d'un pour cent: Vresse-sur-Semois, Érezée, Fourons, Herstappe, Martelange et Edegem. A l'exception de cette dernière, il s'agit de très petites communes.

Vers les
11 millions

"Alors que dans un passé récent, des doutes s'étaient manifestés quant à la possibilité de la Belgique d'atteindre 10 millions d'habitants, il apparaît aujourd'hui qu'elle se dirige lentement mais sûrement vers 11 millions d'habitants", conclut le SPF Economie.

10.666.866 habitants au 1er janvier 2008, soit 82.332 personnes de plus qu'au 1er janvier 2007. Il s'agit du plus fort accroissement absolu de population depuis 1965, précise le SPF Economie. En 2006 et 2005 déjà, il y a eu une hausse marquée de la population, respectivement de 73.152 et 65.530 unités.

Plus de femmes

14:28 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Suisse : Interdiction des minarets

 

 

 

 

 

Suisse

Interdiction des minarets

 

 

«Discriminatoire et dangereuse»

91868282_resize_crop320par220

 

 

 

Par FRANÇOIS NUSSBAUM, Le Nouvelliste  , le 28 août 2008

Six semaines après le dépôt de

l'initiative anti-minarets, le Conseil fédéral recommande son rejet au Parlement. Elle rate sa cible et viole plusieurs droits fondamentaux.

Le Conseil fédéral avait annoncé qu'il irait vite en besogne. C'est chose faite: il a adressé hier au Parlement son message sur l'initiative

populaire «contre la construction de minarets» déposée le 8 juillet. Comme son nom l'indique, elle veut interdire, sans exception, la construction de ces tours qui flanquent les mosquées et d'où - dans les pays musulmans - le muezzin appelle à la prière.

Pour le comité d'initiative (formé de proches de l'UDC et de l'Union démocratique fédéraliste),

 

    

 

  

 

 

 

Finalement,

non

. Une initiative est déclarée nulle (et n'est pas soumise au peuple) si elle enfreint des règles «impératives» de droit international, comme l'interdiction des exécutions arbitraires, de la torture, de l'esclavage, du génocide. Ce n'est pas le cas de l'initiative anti-minarets. Mais elle viole des droits fondamentaux garantis par la Constitution et des conventions internationales.

liberté religieuse

Il s'agit de la

(qui serait refusée aux musulmans), mais

aussi de l'interdiction de la discrimination (on ne s'attaque qu'à l'islam) et de l'égalité devant la loi (pour ces mêmes motifs). Il y a aussi le principe de la proportionnalité (l'initiative ne prévoit aucune exception) et le respect du droit international (les droits de l'homme sont garantis au niveau européen et de l'ONU).

Voilà pour les arguments juridico-moraux. Mais que veulent les auteurs de l'initiative?

Empêcher que l'extension de l'islam étouffe la société suisse et prévenir les actes violents d'extrémistes se réclamant de l'islam. Par l'interdiction des minarets? «Le fondamentalisme ne tient pas à des constructions, mais à des hommes», répond la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf.

L'initiative

rate sa propre cible, ajoute-t-elle. Car la législation suisse permet de refuser l'entrée en Suisse à des suspects et de retirer l'autorisation de séjour à d'autres:

une mesure déjà appliquée à certains prédicateurs. Aucun musulman en Suisse ne peut invoquer sa religion pour se soustraire à l'ordre juridique helvétique. A l'inverse, il doit bénéficier des mêmes droits que tout un chacun.

Enfin, le Conseil fédéral juge l'initiative

dangereuse, car son acceptation mettrait en péril la paix religieuse: les musulmans seraient perçus comme des ennemis potentiels, alors que tous les efforts doivent tendre vers leur intégration. En outre, l'incompréhension à l'étranger nuirait à l'image du pays et pourrait menacer la sécurité de personnes et d'intérêts suisses.

les minarets ne sont pas des édifices à caractère religieux mais «le symbole d'une revendication de pouvoir politico-religieuse, contraire à la Constitution et au régime légal suisse».

Pour le Conseil fédéral,

c'est tellement l'inverse qu'il s'est demandé s'il ne fallait pas annuler cette initiative.

27 août 2008

Le gouvernement suisse s'oppose à l'interdiction des minarets

Le gouvernement suisse s'oppose à l'interdiction des minarets

sriimg20070712_7777205_5

La Croix, le 27 août 2008

Le gouvernement suisse est opposé à une initiative populaire visant à faire interdire par voie de référendum la construction de minarets, craignant que cette interdiction ne "mette en péril la paix religieuse", a-t-on appris mercredi de source officielle.

Le texte de loi proposé par la droite populiste suisse et qui sera soumis au vote des citoyens "viole les droits de l'homme consacrés par le droit international et va à l'encontre des valeurs essentielles de la Constitution suisse", a jugé le Conseil fédéral (gouvernement) dans un communiqué.

Même si la "validité" de l'initiative a été reconnue, et qu'elle a réuni plus de 113.000 signatures, elle "mettrait en péril", si elle était adoptée, "la paix religieuse et ne contribuerait nullement à endiguer la diffusion des thèses fondamentalistes islamistes", souligne le gouvernement suisse.

"L'initiative porte atteinte à la liberté religieuse et au principe de non-discrimination car elle vise un symbole religieux de l'islam mais non les édifices similaires d'autres religions", poursuit le communiqué.

Ce projet de loi "nuirait à l'intégration de la population musulmane, qui, dans sa grande majorité, respecte l'ordre social et juridique suisse", indique le gouvernement.

L'acceptation du texte "susciterait l'incompréhension à l'étranger et nuirait à l'image de la Suisse", estime en outre le Conseil fédéral.

Le comité à l'origine de cette initiative a fait valoir que les minarets ne sont pas des constructions à caractère religieux mais "le symbole apparent d'une revendication politico-religieuse du pouvoir, qui remet en cause les droits fondamentaux".

"Celui qui, comme c'est le cas dans l'islam, place la religion au-dessus de l'Etat, se trouve en contradiction totale avec la constitution fédérale", selon le texte de l'initiative, lancée par des membres de l'Union démocratique du centre (UDC), le parti populiste qui est la première formation du pays avec 29% des voix aux dernières élections législatives.

14:05 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'image des JO

L'image des JO

drapeau_francais

Après avoir remporté la médaille d’argent du 3000 mètres steeple aux Jeux de Pékin, le français Maheidine Mekhissi-Benabbad s’empare du drapeau tricolore et l'étale sur le sol pour s'en servir comme d’un tapis de prière

04:14 Écrit par Rachid Z dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

89 morts…

89 morts

justice-sans-limite

Par Le Bougnoulosophe, le 26 août 2008

89 morts, la grande faucheuse démocratique et impériale brade les prix au mois d'août... 89 morts dont 50 enfants de moins de 15 ans et 19 femmes, pour lesquels il n’y aura pas de commémoration, il n’y aura pas de chapelle ardente, pas de plus jamais ça89 morts pour qui la règle du mort kilométrique s’applique plus que jamais… 89 morts d’une qualité humaine inférieure, car il existe bien, dans la pratique, des différences ontologiques entre êtres humains… 89 morts de bougnouls du bout du monde, masse sans visage, indistincte, anonyme, dont on se soucie comme d’une guigne… 89 morts passés sous silence, passés pour pertes et profits, car l’Economie politique a horreur du vide autre que celui qu'elle génère…

89 morts par lesquels, on mesure tout le mensonge de l’ humanisme de pacotille qu’on exhibe comme un trophée de guerre 89 morts qui valent bien moins que les bouddha de Bamiyan89 morts qui nous rappellent qu’ «il n’est pas un témoignage de culture qui ne soit aussi témoignage de barbarie…»89 morts que les féministes de Marie-Claire ne pleureront pas pour ne pas abîmer leur Rimmel… 89 morts qui ne remplaceront pas l’usage intéressé (métonymie, focalisation particularisante) qui est fait de la burqa par ici89 morts qui fera pas chanceler la croyance selon laquelle les lectrices d’Elle sont libres et épanouies

89 morts qui expriment bien ce que veut dire «Vivre et penser comme de porcs» ! 89 morts qu’on tue et dont on voudrait tuer jusqu'aux croyances les plus sacrées89 morts anéantis par les bombes glacées du calcul égoïste89 morts dont on voudrait qu’ils n’aient pas même la consolation de «l’esprit d’un monde sans esprit»89 morts et 2 questions : A combien s'élève la vie humaine ? Peut-on être Afghan et humain à la fois? L’épistémologie impériale répond à la première par "pas un kopeck" et à la seconde "c’est impossible !"

02:10 Écrit par Rachid Z dans Opinions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26 août 2008

Liberté contre modernisme

Liberté contre modernisme

Par Mustapha abou Mariam, LIMBeS

Depuis que le Monde Moderne est monde, son mot d'ordre est qu'il n'y a rien d'éternel, que tout passe, divinités, idées, valeurs comprises, qu'«il faut vivre avec son temps», c'est-à-dire suivre le courant !

«Comme un chien crevé au fil de l'eau», aurait ajouté Bernanos. Oui, ce que le Monde Moderne appelle pompeusement «liberté», en pur style orwellien, a pour véritable dénomination : suivisme absolu sans possibilité de discuter ce que le Monde Moderne juge être et par conséquent devoir être le nécessaire cours des choses, quitte à employer tous les moyens opérationnels développés par la technoscience moderne pour s'assurer que les choses suivent bien le cours qu'elles sont par nature obligées de suivre librement. Je ne sais pas si vous suivez bien...

... Mais nous savons bien, de toute façon, que la liberté est tout autre chose que cela. La liberté, c'est de pouvoir aller contre le courant quand le courant va dans le mauvais sens, et de le suivre à notre rythme quand il va dans le bon. Et, notamment, de pouvoir dire «zut !» au sens de l'Histoire quand l'Histoire a l'air d'avoir complètement perdu le sens. En fait de définitions de la liberté, on ne fera jamais mieux que ce disciple de Bruno le Chartreux qui écrivait : «Cartusia nunquam deformata, parce que dès que l'Ordre prit de l'extension, au commencement du douzième siècle, nos ancêtres surent nous donner une Constitution aussi forte qu'elle était large, aussi sage qu'elle était gardienne de la seule vraie liberté qui consiste, non point à pouvoir faire le mal ou le bien, mais, au contraire, à être dans l'heureuse nécessité de ne faire que le bien, tout en choisissant, parmi ce qui est bien, ce qui nous paraît le meilleur.»

À vrai dire, j'ai parlé un peu vite en disant qu'«on ne fera jamais mieux». En cherchant dans mes cartons, je retombe sur cette autre définition, due à Péguy, qui ne s'écarte pas vraiment de la précédente mais la complèterait plutôt en l'explicitant :

«Telles sont pourtant les mœurs de la véritable liberté. Être libéral, c'est précisément le contraire d'être moderniste et c'est par un incroyable abus du langage que l'on apparente ordinairement ces deux mots. Et ce qu'ils désignent. Mais les abus du langage les moins indiqués sont toujours ceux qui résistent le mieux. Et c'est ici une incroyable confusion. Et je ne hais rien tant que le modernisme. Et je n'aime rien tant que la liberté. (Et en elle-même, et n'est-elle pas la condition irrévocable de la grâce).

Disons les mots. Le modernisme est, le modernisme consiste à ne pas croire ce que l'on croit. La liberté consiste à croire ce que l'on croit et à admettre, (au fond, à exiger), que le voisin aussi croie ce qu'il croit. Le modernisme consiste à ne pas croire soi-même pour ne pas léser l'adversaire qui ne croit pas non plus. C'est un système de déclinaison mutuelle. La liberté consiste à croire. Et à admettre, et à croire que l'adversaire croit.

Le modernisme est un système de complaisance. La liberté est un système de déférence.

Le modernisme est un système de politesse. La liberté est un système de respect.

Il ne faudrait pas dire les grands mots, mais enfin le modernisme est un système de lâcheté. La liberté est un système de courage.

Le modernisme est la vertu des gens du monde. La liberté est la vertu du pauvre

Cela me permet d'enchaîner prestement sur l'antimodernisme tel que je le conçois et tel que j'essaie de le mettre en application dans ce site. Malgré la présence du préfixe «anti-», cet antimodernisme est tout le contraire d'un sentiment négatif. C'est plutôt le modernisme qui est une négation, négation de la liberté, de la déférence, du respect, du courage, de toutes les valeurs de la vie, de toutes les «vertus du pauvre». Péguy, encore, disait : «Le monde moderne avilit. Il a, il éprouve un besoin impérieux d’avilir. C’est peut-être son besoin le plus profond, sa vocation mystérieuse, la manifestation de son essence même, le creux de son cœur et la fatalité de sa destination. Il avilit tout. Il avilit toujours... Il est le monde de l’avilissement, ainsi défini.»

Rejeter le modernisme, et plus encore, la modernité, ce n'est donc pas, comme les Tartempions de service ne manqueront pas de me le reprocher, faire montre de fermeture, rejeter des étendues nouvelles qui s'ouvriraient à nous, riches de possibilités d'expérimentations variées, de savoirs inédits, de grandes découvertes, de réalisations exaltantes. C'est tout le contraire qui est vrai. Refuser la modernité, c'est refuser l'avilissement et l'asservissement universels qui sont, pour paraphraser Péguy, «le besoin le plus profond, la vocation mystérieuse, la manifestation de l'essence même» du Monde Moderne.

Être antimoderne, en ce sens, ce n'est pas non plus vouloir enfermer l'homme dans les schémas répétitifs d'une tradition «sclérosée», dont le Monde Moderne l'aiderait au contraire à s'«émanciper» pour affirmer son autonomie et développer des potentialités jusque là réprimées. Remarquons que «sclérosé» est l'épithète incontournable pour tout écrivassier moderniste qui veut parler de la tradition, et la plupart du temps, il tient lieu d'analyse à lui seul, ce qui dispense avantageusement d'expliquer en quoi des traditions toujours vivaces et dans lesquelles des hommes et des femmes se reconnaissent seraient «sclérosées». À la «sclérose» fait toujours pendant l'«émancipation», ce qui est fort étrange à première vue. Verriez-vous un médecin inciter un malade sclérodermique à s'«émanciper» de cette peau rigidifiée et indurée qui l'empêche de vivre pleinement son autonomie ?

La suite : LIMBeS

23:50 Écrit par Rachid Z dans Opinions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La Ligue du Nord demande la fermeture des mosquées

La Ligue du Nord demande la fermeture des mosquées

450px-Manifesto_della_Lega_Nord_a_Trento_%22No_Moschee_in_Trentino%22_-_August_2007

Par Mohcine Lourhzal,Yabiladi.com, le 26 août 2008

D’après Al Massae, les musulmans d’Italie auront un ramadan très chaud cette année. Le parti de la Ligue du Nord en Italie souhaite la fermeture des lieux de culte musulmans. En effet, le parti radical a déclare une guerre sans merci à tous ce qui serait en relation avec l’Islam.

Ramadan constituerait une période propice pour le parti Italien de la Ligue du Nord, afin d'attiser la haine vis-à-vis des Musulmans d’Italie et s'ériger comme défenseurs de la culture Italienne et chrétienne. Ce parti très radical dans son idéologie a choisi un moment très sensible pour les musulmans pour demander l'organisation d'un référendum visant l'interdiction des mosquées.

Le secrétaire de la Ligue du Nord,
«Roberto Cota» rajoute une couche en affirmant que c’est la seule solution contre ce qu’il a nommé «le danger musulman pour le peuple Italien» et
demande que tous les citoyens contribuent à la réussite du référendum. Il veut tout simplement une loi contre la construction des mosquées et des centres d’aide aux étrangers musulmans. Il a ajouté qu' «on n’acceptera en aucun cas que cette situation perdure (...) on ne permettra pas que toutes les 4 heures, une nouvelle mosquée soit bâtie». Roberto Cota souhaite aller encore plus loin, en interdisant les aides que les organismes musulmans percevaient du gouvernement Italien et obtenir le fermeture des écoles coraniques «je vais déposer ma proposition devant le parlement durant les prochains jours (...) il faudrait fermer les écoles coraniques».

Du côté des partis de gauche qui refusent cet
appel à la haine, ils estiment que ces agissements entrent dans le cadre du racisme et de la phobie de l’islam. La communauté musulmane d’Italie quant à elle a reçu cette déclaration avec crainte. Si cette loi venait à être approuvée par le parlement italien, elle constituerait une atteinte grave à la liberté de culte. Ils ont ajouté dans le même sens, que les propos de Roberto Cota sont en contradiction avec la constitution italienne qui garantie la liberté religieuse.

Mais des voix discordantes au sein de la communauté musulmane d'Italie font leur apparition. Un imam d’Italie, ayant préféré garder l’anonymat a affirmé que
les vrais responsables de cette situation sont les musulmans eux même qui ne sont pas arrivés à s’intégrer
, laissant le champ libre aux groupuscules extrémistes qui ont donné une très mauvaise image de l’Islam et des musulmans.

Cette atmosphère délétère en Italie vient dans un contexte particulier suite à l'arrestation de l’imam Abdlemjid Zerghout dans la ville de
«Farizi»
, ainsi que les derniers coups de filet visant plusieurs islamistes à «Bologne». La communauté musulmane et plus particulièrement marocaine en Italie, s'est également dite inquiète de l’arrestation du député marocain Yahya Yahya.

23:02 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Parti du Travail de Belgique

Parti du Travail de Belgique

Info-lettre

Les mois de vacances ont été très agités. Les travailleurs sans papiers sont désespérément à la recherche de papiers. Ils se trouvent dans des conditions inhumaines. Pourquoi doivent-ils mettre leur santé en jeu pour obtenir un bout de papier leur accordant accès à l’emploi et à une vie normale ? Ce sont des travailleurs, des pères et mères de famille, comme nous tous.

Ces dernières semaines, des gens indignés «avec papiers», dont pas mal de camarades du Parti du Travail, ont mené plusieurs actions envers le gouvernement et les ministres afin d’obtenir une circulaire humaine pour la régularisation des sans papiers. Voir à ce sujet le journal de Riet Dhont, responsable du PTB Bruxelles, dans le journal Solidaire et écrit lors de l’occupation de la place des Martyrs.

Des journées décisives

Les jours à venir seront à nouveau décisifs. Le gouvernement reprend ses travaux et le premier conseil des ministres se tiendra le vendredi 5 septembre.

C’est pourquoi, la Coordination place des Martyrs lance une semaine d’action «Jeûner pour la justice».

Qu’y a-t-il au programme ?

Le dimanche 31 août : départ de Bruxelles en car vers le domicile de la ministre Turtelboom, responsable de la circulaire.
Action près du Fort de Breendonk,
qui rappelle les centres fermés où sont enfermés les gens avant leur expulsion. Rendez-vous à 13h30 au Centre international, boulevard M. Lemonnier 171 à 1000 Bruxelles.

Du lundi 1er septembre au jeudi 4 septembre : l’Église du Béguinage, au coeur de Bruxelles, deviendra la base centrale des activistes, avec un maximum de Belges, afin d’exercer des pressions sur le gouvernement Leterme. L’église sera occupée jour et nuit, avec des actions chaque après-midi et une assemblée générale chaque jour à 17h30.

Chaque jour sera consacré à un thème: pourquoi la régularisation du capital mais pas des travailleurs ? Pourquoi pas de permis de travail ? Pourquoi enfermer des enfants dans des centres fermés ? N’ont-ils pas droit à l’enseignement ? La circulaire doit se baser sur quels critères ?

Dans l’église on ne mangera PAS... seulement de l’eau, du café et du thé.

Le jeudi soir 4 septembre : réoccupation de la place des Martyrs pour une veillée, la dernière chance pour la ministre Turtelboom pour déposer sa circulaire avant le conseil des ministres.

Le vendredi matin 5 septembre à 9h sonnera la cloche d’alarme à la place des Martyrs: nous partons au conseil des ministres, et nous y attendons la réponse.

Veux-tu participer un ou plusieurs jours à l’église du Béguinage ?

Veux-tu participer à la veillée à la place des Martyrs du jeudi 4 septembre au vendredi matin 5 septembre ?

Peux-tu participer le vendredi 5 septembre à partir de 9 h à la place des Martyrs ?

Inscris-toi via mail, sms, téléphone, à riet.dhont@gmail.com ou GSM 0476 40 80 41

Boulevard M. Lemonnier 171
1000 Bruxelles
02 50 40 113

20:52 Écrit par Rachid Z dans Conférence-débats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25 août 2008

Saint-Josse : Le théatre est-il un pêché ?

Saint-Josse

Le théâtre est-il un pêché ?

P10505491

 

 

Par

Khalil Zeguendi  

, le 25 août 2008

Le Brocoli Théatre

diabolise Saint Josse avec la complicité et l'argent des contribuables ten noodois

.

Intrigué par le sous titre de l'affiche placardé partout à Saint Josse :

"Le théâtre est il un pêché à Saint Josse ?"

; affiche annonçant le spectacle crée par la troupe du Brocoli, je prends ce lundi 25 août, à 15h15, mon portable et appelle le numéro de téléphone indiqué sur l'affiche du spectacle.

Une voix féminine me répond avec douceur.

- Moi (Khalil Z) : Bonjour Madame, je suis de Saint-Josse et le titre "Le thétare est-il un pêché à Saint Josse" indiqué sur votre affiche m'intrigue quelque peu. Pourriez vous m'expliquer pourquoi le théâtre serait il un pêché à Saint-Josse

 

 

?

- Elle (la voix Brocoli) :

Parce que l'on s'est rendus compte que faire se rencontrer des hommes et des femmes à Saint-Josse pour fabriquer une pièce de théâtre n'est pas chose facile

.

Mais, repris je, parler de

pêché, qui a une connotation éminemment religieuse, sans expliquer sur votre affiche, la teneur des propos que vous me tenez au téléphone, cela est de nature à présenter la population de Saint-Josse telle qu'elle sociologiquement composée, comme une population religieusement hostile au théâtre

.

(…)

Je tire la conclusion que le

choix du titre est racoleur et verse dans la provocation

.

Il tend à présenter une population dans son ensemble, puisqu'on parle ici de

Saint-Josse, comme étant allergique au théâtre et à l'art de manière plus générale

.

(…)

Au moment où

 

les communautés musulmanes sont particulièrement la cible d'attaques malveillantes et objets de suspicion et de méfiance

, le titre de l'affiche ne peut que contribuer au renforcement d'une telle tendance.

Et cela, les responsables de ce spectacle et l'échevin de la culture de Saint Josse, Ahmed Medhoune qui subventionne et parraine le spectacle ne peuvent pas ne pas l'appréhender.

(…)

On pose là, de la part du Brocoli et de l'échevin, un postulat au départ : Saint-Josse est une commune qui refuse la mixité Hommes - femmes.

Et partant, la démarche même du Brocoli et du franc maçon Medhoune relève de la

mission civilisatrice

.

Sinon,

pourquoi sur deux années consécutives opter pour Saint-Josse comme laboratoire pour ce genre d'expérience ? Pourquoi pas, ne serait ce que par esprit de comparaison, réaliser et programmer le spectacle Missing sur une commune comme Boitsfort ou Woluwé Saint Pierre

?

En tous les cas, la démarche en elle même est

stigmatisante pour une population dont la vitalité et la créativité n'est plus à démontrer et le titre "LE THATRE EST IL UN PECHE A SAINT-JOSSE ?" constitue un pêché et une agression caractérisée contre le peuple ten noodois

que je connais et fréquente depuis plus de trente ans.

L’intégralité :

Khalil Zeguendi 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

17:45 Écrit par Rachid Z dans Saint-Josse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Surpopulation politique à Bruxelles ?

 

 

 

Surpopulation politique à Bruxelles

?

Par Philippe Engels,

Le Vif  , le 25 août 2008

 

Petite poussée de fièvre sur le front bruxellois, malgré la trêve estivale : y aurait-il pléthore d'acteurs politiques

?

Même quand la crise politique se fait oublier, que les

«belligérants» sont en vacances, Bruxelles suscite convoitises et querelles. Témoin les petites déclarations des derniers jours, toutes relatives au sort de Bruxelles.

Le député fédéral Jean-Marie Dedecker, chef d'un

parti populiste flamand en progression, connaît la musique pour s'attirer les projecteurs.

Il imagine un bout de solution pour faire admettre aux francophones la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde

:

renoncer à la représentation garantie des Flamands, à Bruxelles. «Il est anormal que 60 000 électeurs flamands valent 17 sièges au parlement régional (bruxellois) et la moitié des ministres (au sein du gouvernement de la Région bruxelloise)», a soufflé Dedecker au Soir .

Il en faudra d'autres pour amadouer le camp francophone. Mais à lire les réactions qui ont suivi et le flot de réflexions des dernières semaines, il paraît évident que l'équilibre instable des institutions bruxelloises (vanté jusqu'au... Proche-Orient

par des intellectuels belges) pourrait être bousculé à bref délai. A Dedecker, le ministre bruxellois flamand Pascal Smet (SP.A) a répondu ceci : il n'y a pas de surreprésentation flamande à Bruxelles ; on peut certes en discuter... mais il faudrait avant tout réduire le nombre de politiciens de tout poil sur un aussi petit territoire.

Pascal Smet

en a recensé

956 ! Ministres, députés, bourgmestres, échevins et conseillers communaux. «Aujourd'hui, à Bruxelles, lorsqu'un homme politique veut mettre des bâtons dans les roues à quelqu'un, on a besoin de dix autres pour débloquer la situation», regrette Smet. Une enquête publiée ces jours-ci par l'OCDE, le «bureau d' études» des pays développés, apporte du grain à moudre. A Bruxelles - et en Belgique -, il y aurait trop de fonctionnaires : au moins 15 % de la population en état de travailler.

Bruxelles mal gérée

? Les sous-entendus du ministre Smet ont généralement le don d'agacer ses collègues francophones. Il y a trois ans, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics avait prôné la fusion des 19 communes, sous prétexte que les doublons avec le pouvoir régional de tutelle généraient un surcoût de 50 millions d'euros par an - un chiffre contesté par les francophones. PS et MR, surtout, refusent cette fusion. Impossible à faire admettre aux dizaines de «barons» locaux qui ont construit leur notoriété dans des communes parfois aussi grosses qu'une grande ville wallonne.

Plus sérieusement, les leaders francophones se méfient des arrière-pensées flamandes : le discours sur les dysfonctionnements cacherait une volonté déguisée de nier le fait régional bruxellois et de faire cogérer ce bout de territoire par la Flandre et la Wallonie. Aucune étude sérieuse ne conteste les progrès dans la gestion des affaires bruxelloises depuis qu'elle est une Région à part entière

(1989). Les soucis seraient plutôt d'ordre externe. Absence de reconnaissance du rôle de capitale, manque de financement par l'Etat fédéral, coopération difficile avec la Flandre, etc. Des solutions sont à l'étude pour améliorer, malgré tout, la gestion : lutter contre les gaspis à structures inchangées (le gouvernement Picqué a lancé un plan de gouvernance locale en mars 2008), régionaliser certaines compétences des Communautés (tourisme et infrastructures sportives, en attendant la formation ?), créer une « communauté urbaine » pour faire participer davantage les communes périphériques au projet de ville.

Les idées abondent. Alimentées notamment par Brussels Studies, une revue électronique née de ce bouillonnement. Principale difficulté, selon le professeur de droit constitutionnel Hugues Dumont (Facultés universitaires Saint-Louis) :

«Faut-il concevoir des réformes qui présupposent le maintien de l'Etat fédéral ou faut-il anticiper sa prochaine évaporation, si ce n'est sa dissolution ?»

 

 

 

 

  

 

 

17:27 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23 août 2008

Saint-Josse : Contrat de Quartier

Saint-Josse

Contrat de Quartier

P10506521

 

16:14 Écrit par Rachid Z dans Saint-Josse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le MRAX engage un-e Chargé-e de communication et de projets

Le MRAX engage un-e Chargé-e de communication et de projets

- Temps plein (36h/semaine)
- ACS de niveau universitaire
- Engagement immédiat
- Contrat de remplacement (min. jusqu'au 31/12/2008).

La personne travaillera au sein de la cellule
"Campagne et communication" de l'association. Elle y assurera :
- des travaux d'enquête sur des sujets en lien avec l'objet social de l'association (
racisme
, discriminations, diversité culturelle, etc);
- la rédaction d'articles et de dossiers thématiques (dont des documents de vulgarisation);
- l'organisation de rencontres, séminaires, colloques;
- la réalisation du magazine bimestriel de l'association (le
"MRAXinfo"
).

Une connaissance de l'objet social du MRAX est exigée
.
Etre bon bilingue français/néerlandais constitue un atout.

Envoyer une lettre de motivation accompagnée d'un CV à Monsieur Didier de Laveleye, Directeur du MRAX, 37 rue de la Poste, 1210 Bruxelles,
didier.delaveleye@mrax.be

Didier de Laveleye
Directeur
Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie
- MRAX asbl
37, rue de la Poste BE-1210 Bruxelles Tél: +32 (0)2 209 62 59 Fax: +32 (0)2 218 23 71

Visitez notre site:
http://www.mrax.be
Visitez aussi le site de la semaine d'actions contre le racisme:
http://www.contreleracisme.be

15:46 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19 août 2008

UDEP

 

UDEP

(Union de defensa de los sin papeles de Belgica)

NO DEJEN QUE SE LLEVEN A NUESTROS NIÑOS !

Vivant et étudiant depuis 8 ans en Belgique, Salazar Rothman est un adolescent tranquille, apprécié par son entourage, ses amis et son école comme en témoignent les félicitations annotées par sa direction au bas de son dernier bulletin scolaire et le prix de la vient de terminer son cycle secondaire, prêt à entrer dans l’enseignement supérieur. Mais voilà, Salazar, équatorien vivant en Belgique avec sa mère et ses sœurs a été arrêté et sera bientôt expulsé vers l’équateur où il n’a ni famille, ni amis, ni nulle part où aller.

«meilleure réussite de comportement» que lui a également décerné le centre d’enseignement Technique Pierre Paulus à Saint-Gilles Salazar

LIBERACION DEL JOVEN

 

ROTHMAN SALAZAR DETENIDO

 

EN EL CENTRO CERRADO 127 BIS

L’UDEP (Union de défense des personnes sans papiers) quant à elle, s’indigne de cette arrestation

alors que le gouvernement promet depuis des mois une opération de régularisation sur base des critères de l’ancrage durable, critères auxquels le jeune Salazar répond largement et le prouve par son intégration plus que réussie.

Aussi nous appelons l’Office des étrangers et la ministre en charge de l’Immigration, A. Turtelboom, à entendre que Salazar

est devenu un citoyen à part entière, même s’il est dépourvu de droits fondamentaux et que c’est désormais la législation qui est en défaut et irrégulière et non cette personne. L’UDEP s’étonne également que cette arrestation d’une jeune personne sans papiers ait pu avoir lieu

sur le territoire d’une commune socialiste, Parti socialiste qui s‘est montré incapable jusqu‘à présent à faire appliquer l‘accord pour lequel il s‘est engagé dans ce gouvernement! Dénonçons ensemble la discrimination et la manque de responsabilité éthique !

UNAMONOS Y PROTESTEMOS ESTE DOMINGO

24 de Agosto 11H00 Gare du midi (en la oficina de la Poste) para tomar el tren al centro cerrado 127bis de Steenokerseel (a 10 minutos de Bruselas, la protesta esta autorizada !)

NO MUERAS LAMENTANDOTE DE LAS INJUSTICIAS, VIVE DENUNCIANDOLAS

Pour

exiger la libération de Salazar Rothman et pour que l’accord gouvernemental soit respecté !

infos:

http://sanspapiers.skynetblogs.be/  

 

 

udep-bruxelles@hotmail.com  

0486/03.95.57 - 0494/38.44.42

 

 

20:11 Écrit par Rachid Z dans Sans-papiers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |